• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 8 mars 2009

Archive pour 8 mars 2009

Mon canari tousse.

Dimanche 8 mars 2009

Les oiseaux peuvent avoir des maladies semblables à celles des hommes comme la toux et l’éternuement.
Quand notre oiseau tousse on peut le soigner soit par l’administration d’un antibiotique acheté à la pharmacie, soit par la préparation d’un traitement à la maison.
Ce traitement « fait maison », consiste à une infusion de thym(en arabe c’est le Zaatar الزعتر) et un peu de miel. Voici la méthode de la préparation de l’infusion : On fait bouillir 1/2L d’eau, puis on y ajoute une cuillerée à soupe de thym, on éteint le feu, et on laisse l’infusion passer environ ¼ d’heure, puis on passe le tout au passoire, ensuite on y ajoute une cuillerée à soupe de miel (de préférence le miel d’eucalyptus) puis servir aux oiseaux. 4 à 5 jours de suite.
On peut leur donner cette infusion une fois par semaine à titre préventif durant toute l’année.
On peut ajouter aussi un peu de navet râpé, cela leur fera beaucoup du bien !
Examinons maintenant les effets du Thym :
L’huile essentielle du thym est concentrée en phénol, notamment le thymol. Ces substances sont de puissants antiseptiques, voire même antibiotiques. Efficaces sur le mal de gorge, les aphtes, la gingivite et la mauvaise haleine, elles sont aussi reconnues actives sur la destruction des virus et des bactéries de l’atmosphère ainsi que des maladies infectieuses. En infusion, le thym apaise ainsi les maladies des voies respiratoires : bronchite, rhume, grippe et asthme trouvent un rapide soulagement dès les premières gorgées.

Le thym possède par ailleurs des vertus apéritives mais, surtout, il favorise la digestion, aide à absorber les aliments contenant beaucoup de fer et à lutter contre les problèmes intestinaux. Connu par les Grecs pour son effet stimulant, il a effectivement un pouvoir contre la fatigue et l’anémie, et il favorise la circulation sanguine. Dans ce cas, c’est en friction que son huile est la plus bénéfique.
En friction encore, le thym soulage également les douleurs d’origines rhumatismales et possède un véritable pouvoir antispasmodique.

Et le navet ?
Il y a un dicton qui dit :  » Qui mange du navet, gagne une année ».
Le navet est un légume contenant beaucoup d’eau. Il est assez riche en vitamine C (20 mg/100 g): une ration de 200 g parvient ainsi à couvrir plus d’un tiers des besoins recommandés. A cela s’ajoute un bel éventail de vitamines B, indispensables au bon fonctionnement du système nerveux.

C’est aussi une bonne source de minéraux, potassium (240 mg/100 g) et calcium (39 mg/100 g) notamment, et d’oligo-éléments tels que le fer, le zinc et le cuivre. Autant de nutriments qui assurent un bon équilibre alimentaire et donc le bon fonctionnement de notre organisme.

Comment devons-nous nous comporter avec notre élevage!

Dimanche 8 mars 2009

Lorsqu’ on parle d’élevage, entre amateurs, force est de constater que les problèmes arrivent souvent chez les mêmes, pourquoi?

Un oiseau est un être vivant . Comme tous les êtres vivants, celui-ci doit se nourrir et se reproduire pour assurer la continuation de sa race.

Bien souvent nous avons tendance à considérer et à regarder l’oiseau avec un oeil que je qualifierais de « humain », et notre sympathie ira, inévitablement à un oiseau qui nous semble éprouver les mêmes sentiments que nous.

Je prendrais comme exemple une femelle nourrissant bien ses jeunes. C’est une très grosse erreur car un oiseau agit par instinct. Il peut s’occuper de sa nichée d’une manière exemplaire et la détruire une heure plus tard si un élément perturbateur à ses yeux est entré en jeux. De quoi peut-’il s’agir?

Lorsque vous soignez vos oiseaux en période d’élevage, évitez de les brusquer.

Enlevez les œufs chaque jour, et remettez-les dès le quatrième jour. Ensuite laissez la femelle tranquille pendant 6 jours. Après le mirage des œufs, le sixième jour, laissez-la couver sans la déranger jusqu’au 14° jour , où un contrôle visuel sera nécessaire. Lorsque l’on constate les naissances, il est impératif de contrôler le nid une fois par jour ( pas plus ! ). Pendant la période d’élevage, l’attitude de l’éleveur est primordiale. Il doit montrer à l’oiseau une certaine assurance et sembler se désintéresser par ce qui se passe dans la cage. Cela rassure l’oiseau.

S’il ne faut pas ennuyer continuellement les oiseaux par une curiosité envahissante, l’inverse est vrai également. Les oiseaux doivent s’habituer à la présence humaine.

Un éleveur méfiant, peu sûr de lui, accumulera les erreurs et fera passer son angoisse dans ses oiseaux, avec toutes les conséquences qui en découlent.

L’idéal est, à mon sens, de montrer sa présence mais sans exagération.

Il est courant de constater également que certains éleveurs, présents le week-end, en profitent pour faire le grand nettoyage, et n’hésitent pas à rester plusieurs heures dans le local. Si certains oiseaux semble ne pas être dérangés, d’autres accumulent un stress énorme et il n’est pas rare que peu de temps après, la couvée soit abandonnée.

Il y a donc lieu de ménager la chèvre et le chou. Je pense que la clef de la réussite dans l’élevage des canaris est obtenue par la patience, la persévérance, la logique et sans doute le plus important: l’observation.

D’après Lequeu Thierry -http://lequeuth.com/22.html

nourrir.jpg